Étiqueté : Roland Barthes

Roland Barthes

(…) d’un côté il est évident que le haïku n’est pas un acte d’écriture à la Proust, c’est à dire destiné à « retrouver » le Temps (perdu) ensuite et après coup (…) par l’action souveraine de la mémoire involontaire. Dans le haïku, il s’agit au contraire de trouver (et non pas de retrouver) le Temps tout de suiteSuite

Roland Barthes

C’est une sorte de sonnerie, dessin de cloche très bref, unique et cristallin qui dit : je viens d’être touché par quelque chose. Voilà ce que ça veut dire, le haïku. 

Et d’un autre côté (qui est l’autre côté de la contradiction) : cet instant pur, c’est à dire sans compromission, qui semble ne se compromettre dans aucune Suite

Roland Barthes

On dit par exemple que pour les japonais, (…) ça n’est pas, à proprement parler, la fleur de cerisier qui est belle; c’est le moment où, parfaitement belle et épanouie, elle va faner. Donc la beauté est dans la perception, je dirai presque sensuelle d’un futur imminent. Et tout ceci dit combien le haïku est une action (un acte d’écriture, Suite

Roland Barthes

Le sens n’est qu’un flash, une griffure de lumière; mais le flash du haïku n’éclaire, ne révèle rien : il est celui d’une photographie que l’on prendrait soigneusement (à la japonaise), mais en ayant omis de charger l’appareil de sa pellicule.

Roland Barthes – l’empire de signes… Suite
0

Roland Barthes

Comme une boucle gracieuse, le Haïku s’enroule sur lui-même, dans le sillage du signe qui semble avoir été tracé, s’efface : rien n’a été acquis, la pierre du mot a été jetée pour rien : ni vagues ni coulées du sens.
(Roland Barthes – L’empire des signes)

Roland Barthes. L’empire des signes.… Suite

Roland Barthes

Le Haïku nous fait souvenir de ce qui ne nous est jamais arrivé. En lui nous reconnaissons une répétition sans origine, un évènement sans cause, une mémoire sans personne, une parole sans amarres. Ce que je dis ici du Haïku je pourrais le dire aussi de tout ce qui advient lorsqu’on voyage dans ce pays que l’on appelle le Japon.

Suite

Roland Barthes

Il s’amincit jusqu’à la pure et simple désignation : “c’est cela, c’est ainsi”, dit le haïku, ou mieux encore : “Tel!” dit-il, d’une touche si instantanée et si courte que la copule y est encore de trop, comme le remords d’une définition interdite, à jamais éloignée. Le sens d’un flash, une griffure de lumière.
( Roland Barthes)

Suite

Roland Barthes

Le Haïku n’est pas une pensée riche réduite à une forme brève, mais un évènement bref qui trouve d’un coup sa forme juste
(Roland Barthes)

Suite