Étiqueté : Citations

Sosêki Natsume

Le poète a le devoir de disséquer lui-même son propre cadavre et de rendre public les résultats de sa propre autopsie. Il y a pour cela divers moyens. Mais le plus simple est de résumer en dix sept syllabes tout ce qu’on trouve à portée de sa main. Les dix sept syllabes constituent la structure poétique la plus commode à

Suite

Sosêki Natsume

Lorsque le mal de vivre s’accroît, l’envie vous prend de vous installer dans un endroit paisible. Dès que vous avez compris qu’il est partout difficile de vivre, alors naît la poésie et advient la peinture.
(Sôséki Natsumé. Oreiller d’herbes)

Natsumé Sôseki. Oreiller d’herbesSuite

Roland Barthes

Il s’amincit jusqu’à la pure et simple désignation : “c’est cela, c’est ainsi”, dit le haïku, ou mieux encore : “Tel!” dit-il, d’une touche si instantanée et si courte que la copule y est encore de trop, comme le remords d’une définition interdite, à jamais éloignée. Le sens d’un flash, une griffure de lumière.
( Roland Barthes)

Suite

Roland Barthes

Le haïku ne décrit jamais : son art est contre descriptif, dans la mesure où tout état de la chose est immédiatement, obstinément, victorieusement converti en une essence fragile d’apparition (…)
(Roland Barthes)

Suite

Yves Bonnefoy

La langue, oui, – mais aussi ce silence qui la troue, l’amincit, filigrane clair, la dissipe presque dans sa lumière.
(Yves Bonnefoy) 

Suite

Philippe Forest

Le Haïku n’est l’expression d’aucune sagesse, juste une incision très légère faite dans la trame du temps, la césure nette et infime par où se laisse apercevoir la vrille d’un vertige ouvrant sur nulle part, précipitant le passage du présent puis le suspendant sur la pointe insignifiante d’un seul instant.
(Philippe Forest)

Suite

Yves Bonnefoy

Le Haiku n’a pas d’ombres portées, les choses y étincellent, les nocturnes comme les diurnes, à la façon dont le trait, dans un lavis de l’époque, traverse le contour même qu’il trace, ressort de l’autre côté de la forme dans le vide, en fait jaillir dans l’image une lumière sans source qui y consume le lieu, même si celui-ci a

Suite

Roland Barthes

Le Haïku n’est pas une pensée riche réduite à une forme brève, mais un évènement bref qui trouve d’un coup sa forme juste
(Roland Barthes)

Suite

Bashô

La lumière qui se dégage des choses, il faut la fixer
dans les mots avant qu’elle ne se soit éteinte
dans l’esprit
(Bashô)

Suite