Auteur : Sylvaine Dampierre

Terada Torahiko

Tout ce qui, nous faisant oublier les contraintes de la vie quotidienne, remet notre esprit en liberté et nous donne la chance, pendant cet intervalle, de goûter un de ces nécessaires moments de retour sur soi, constitue une expérience du fûryû, de même que la distance de soi avec soi qui nous apprend à limiter nos désirs sans fin
Suite

Roland Barthes

(…) d’un côté il est évident que le haïku n’est pas un acte d’écriture à la Proust, c’est à dire destiné à « retrouver » le Temps (perdu) ensuite et après coup (…) par l’action souveraine de la mémoire involontaire. Dans le haïku, il s’agit au contraire de trouver (et non pas de retrouver) le Temps tout de suiteSuite

Roland Barthes

C’est une sorte de sonnerie, dessin de cloche très bref, unique et cristallin qui dit : je viens d’être touché par quelque chose. Voilà ce que ça veut dire, le haïku. 

Et d’un autre côté (qui est l’autre côté de la contradiction) : cet instant pur, c’est à dire sans compromission, qui semble ne se compromettre dans aucune Suite

Roland Barthes

On dit par exemple que pour les japonais, (…) ça n’est pas, à proprement parler, la fleur de cerisier qui est belle; c’est le moment où, parfaitement belle et épanouie, elle va faner. Donc la beauté est dans la perception, je dirai presque sensuelle d’un futur imminent. Et tout ceci dit combien le haïku est une action (un acte d’écriture, Suite