Roland Barthes

— Roland Barthes : "La préparation du roman"

On dit par exemple que pour les japonais, (…) ça n’est pas, à proprement parler, la fleur de cerisier qui est belle; c’est le moment où, parfaitement belle et épanouie, elle va faner. Donc la beauté est dans la perception, je dirai presque sensuelle d’un futur imminent. Et tout ceci dit combien le haïku est une action (un acte d’écriture, une action d’écriture, acting/action) entre la vie et la mort.

Roland Barthes : « La préparation du roman » Cours au collège de France 1988-79 1979-80)/ Le Seuil p 124.